La promesse d'un
patrimoine d'exception

Douze appartements de charme au cœur de l’ancienne CCI, 08/07/2014

Article paru dans l'Est-Eclair, le 08/07/2014

est-eclair

Troyes- Place Audiffred à Troyes, l’hôtel Camusat, classé Monument historique depuis 1930, va être transformé par le groupe Minerve en douze appartements de charme.

On a fait le bon choix, se félicite Dominique Lemelle. On avait choisi ce promoteur car son projet respectait l’intérêt du centre-ville et de ce bâtiment emblématique  » ajoute le président de la compagnie consulaire. Depuis juin 2011, la chambre de commerce et d’industrie de Troyes et de l’Aube a tourné une page de son histoire en déménageant dans l’immeuble flambant neuf du boulevard Delestraint, à côté du Cube.

Place Audiffred, l’hôtel Camusat qu’elle occupait depuis 1886 a été alors mis en vente. Et en novembre 2012, le groupe Minerve s’en portait acquéreur pour moins de 2 M€. Après de longs mois nécessaires à l’obtention des agréments auprès de la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) et du ministère, le promoteur immobilier vient de lancer la commercialisation de cet hôtel du XVIIIe siècle, un hôtel de 1 300 m2 qui comprend des greniers et près de 300 m2 de caves voûtées.

photo camusat 3-7

De 36 à 122 m2

Construit entre 1723 et 1727 par Jacques Camusat pour son fils Nicolas Camusat, maire de Troyes, ce bâtiment sobre et élégant est un des rares exemples d’architecture civile de l’époque Louis XV à Troyes. Derrière le grand portail au fronton cintré qui ouvre sur une petite cour rectangulaire, les trois corps de logis, restaurés en 1961, vont être transformés en 12 appartements de 36 à 122 m2. Classé dès 1930 au titre des Monuments historiques, l’Hôtel Camusat compte aussi certains éléments inscrits depuis 2012 à l’Inventaire supplémentaire : c’est le cas des façades et toitures mais aussi de l’escalier d’honneur, du grand salon Barthélemy et de la quasi-totalité des pièces du corps central du 1er étage avec leur décor XVIIIe siècle. Ornées de boiseries sculptées et dorées, les pièces possèdent aussi des impostes et trumeaux avec des décors peints inspirés de peintres célèbres comme Antoine Coypel ou Louis de Boullogne. Les parquets sont à la Versailles, en points de Hongrie ou à l’Anglaise.

« On va préserver tout ce qui peut l’être en gardant ce beau bâtiment dans son jus XVIIIe, notamment le grand escalier d’honneur », souligne l’architecte troyen Christian Colomès. Quelques équipements modernes seront néanmoins installés, en particulier un ascenseur desservant les trois niveaux.

Autour de 4 000 € le m2 avec les travaux

En dehors de sa valeur historique intrinsèque, le classement en Monument historique offre aux acheteurs des possibilités de défiscalisation très intéressantes, grâce à la loi Malraux.« Ces appartements coûtent environ un tiers de plus que le prix du marché. Mais ce sont des produits de patrimoine d’exception et des produits d’investissement avec deux avantages importants. D’une part le montant des travaux est déductible des revenus. D’autre part, les travaux d’entretien et de réparation restent déductibles des revenus des propriétaires pendant toute la durée de vie des immeubles classés », explique Patrice Panon, gérant du groupe Minerve. « Le prix au mètre carré tourne autour de 4 000 €, soit 2 000 € pour le foncier et 2 000 € pour les travaux, sachant que ces travaux sont déductibles du revenu imposable », ajoute Jean-Pierre Corbel, associé de Patrice Panon.

Le groupe Minerve s’est spécialisé dans la rénovation des bâtiments Monuments historiques.« On achète des immeubles bien situés et qui ont de la « gueule ». On est un peu des artisans, on fait en moyenne une seule opération chaque année. On va livrer en novembre à Saint-Malo l’ancien bâtiment de la Banque de France », précise le promoteur qui compte déjà plusieurs réalisations prestigieuses à Avignon, Bayonne, Orléans…

Thierry PÉCHINOT

Article à lire ici