La promesse d'un
patrimoine d'exception

Deux solutions pour payer moins d’impôts

"....Lorsqu'un particulier achète un monument classé ou inscrit à l'inventaire supplémentaire, ou encore un bien qui fait partie du patrimoine national (label de la Fondation du patrimoine), il peut en effet bénéficier d'un régime fiscal de faveur...."

Publié le 23 juin 2014

(Source : le Figaro.fr, le 12/6/2014 à 7:00)

INTERVIEW – Sandrine Quilici, responsable de l’ingénierie patrimoniale chez Pictet France, explique pourquoi investir dans les monuments historiques et l’hôtellerie peut être intéressant pour les contribuables très imposés.

Le Figaro Magazine – Quels sont les placements les plus prisés pour réduire l’impôt?

Sandrine Quilici- Aujourd’hui, le plafond des niches fiscales est fixé à 10.000 € par an, plus 8000 € pour un investissement outre-mer ou au capital d’une sofica. Ceux qui ont un impôt nettement supérieur à 10.000 € par an nous interrogent souvent sur l’intérêt de l’acquisition d’un monument historique. Lorsqu’un particulier achète un monument classé ou inscrit à l’inventaire supplémentaire, ou encore un bien qui fait partie du patrimoine national (label de la Fondation du patrimoine), il peut en effet bénéficier d’un régime fiscal de faveur. Il est ainsi possible d‘imputer le déficit foncier généré par les intérêts des emprunts et les travaux sur son revenu global, et ce sans plafond, alors que dans le cadre d’un investissement immobilier classique, il existe un plafond de 10.700 €. Avec le régime des monuments historiques, un couple ayant 200.000 € de revenu imposable, qui achète un château 500.000 € et réalise la première année 100.000 € de travaux pourra, le cas échéant, diminuer son revenu imposable de ce montant et le ramener à 100.000 €.

 

lire la suite  ici